imprimez le contenu de la page| |

lettre_daoudal_1.jpg

Lettre d'Yves Daoudal à son épouse et ses enfants, le 5 avril 1944, photocopie du document original censuré par les autorités allemandes. Archives de la famille, Yvette Hemon et Annie Vétu, petites-filles d'Yves.

lettre_daoudal_2.jpg

Lettre d'Yves Daoudal à son épouse et ses enfants, le 5 avril 1944, photocopie du document original censuré par les autorités allemandes. Archives de la famille, Yvette Hemon et Annie Vétu, petites-filles d'Yves.

Daoudal Yves

Né le 3 octobre 1891 à Melgven (Finistère), Yves Daoudal rejoint les rangs de la résistance et devient membre d'un réseau. Daoudal est arrêté, emprisonné à Quimper puis transféré à Fresnes le 27 octobre 1943. Le 27 mars 1944, le tribunal militaire allemand de Paris le condamne à la peine de mort pour intelligence avec l'ennemi. Dans le même procès, Jean Baudry est condamné à mort pour acte de franc-tireur. Yves Daoudal est fusillé au Mont-Valérien le 5 avril 1944.