Derniere Minute

  • La visite de 16h du mardi 26 juin 2018 est annulée. Merci de votre compréhension. 

  • En raison de la préparation de la commémoration nationale du 18 juin, toutes les visites du dimanche 17 juin ne sont pas assurées. Merci de votre compréhension.

 
imprimez le contenu de la page| |

lettre_daoudal_1.jpg

Lettre d'Yves Daoudal à son épouse et ses enfants, le 5 avril 1944, photocopie du document original censuré par les autorités allemandes. Archives de la famille, Yvette Hemon et Annie Vétu, petites-filles d'Yves.

lettre_daoudal_2.jpg

Lettre d'Yves Daoudal à son épouse et ses enfants, le 5 avril 1944, photocopie du document original censuré par les autorités allemandes. Archives de la famille, Yvette Hemon et Annie Vétu, petites-filles d'Yves.

Daoudal Yves

Né le 3 octobre 1891 à Melgven (Finistère), Yves Daoudal rejoint les rangs de la résistance et devient membre d'un réseau. Daoudal est arrêté, emprisonné à Quimper puis transféré à Fresnes le 27 octobre 1943. Le 27 mars 1944, le tribunal militaire allemand de Paris le condamne à la peine de mort pour intelligence avec l'ennemi. Dans le même procès, Jean Baudry est condamné à mort pour acte de franc-tireur. Yves Daoudal est fusillé au Mont-Valérien le 5 avril 1944.