imprimez le contenu de la page| |

Vous êtes ici : Mont Valérien > Les lieux > La chapelle

La chapelle


La chapelle des fusillés remonte à 1828. Construite par la famille de Forbin-Janson pour y transférer les cendres de leurs ancêtres, elle devient quelques décennies plus tard le lieu de culte de la troupe en garnison au Mont-Valérien. Au début du 20e siècle, elle est désaffectée et sert comme magasin d’artillerie avant d’être rendu au culte de novembre 1939 à la fin de 1940.

Les troupes allemandes utilisent ensuite ce bâtiment pour y enfermer certains condamnés qui vont alors graver des messages dans la pierre comme cela a été le cas pour les fusillades du 2 octobre 1943. Ces graffitis indiquent généralement les noms de leurs auteurs, la date du jour et souvent un message d’espoir comme « Vive la France ». L’aménagement muséographique permet de les présenter, tout comme les poteaux d’exécution qui se trouvaient dans la clairière et des cercueils destinés au transports des cadavres corps vers différents cimetières de la région parisienne. Ils étaient inhumés dans des fosses communes ou des tombes individuelles : essentiellement à Ivry, mais aussi à Suresnes, Puteaux, Bois-Colombes, Thiais, ou encore au Père-Lachaise où ils étaient incinérés. La dispersion et l’anonymat des corps imposé par les forces d’occupation avait pour but d’éviter que ces sépultures ne deviennent des lieux de rassemblement et des symboles des martyrs de la Résistance.

  • le cortège passe devant la chapelle des fusillés
  • aménagement muséographique dans la chapelle
 

Pour en savoir plus sur :