imprimez le contenu de la page| |

Vous êtes ici : Mont Valérien > Apprendre... > Pour en savoir plus > Sur la Seconde Guerre mondiale

Sur la Seconde Guerre mondiale


Le Mont-Valérien, lieu d’histoire, lieu de mémoire

Le Mont-Valérien fut pendant des siècles un important lieu de pèlerinage chrétien, puis au milieu du XIXe siècle, un fort de la ceinture parisienne y fut construit. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le site a été le principal lieu d’exécution des autorités allemandes en France. Dès 1944, grâce à la volonté politique du général de Gaulle et au travail inlassable des associations des familles des fusillés, il est devenu un lieu de mémoire. Le Mémorial de la France combattante y a été érigé en 1960. Depuis le début du 21e siècle, divers aménagements permettent de rappeler la mémoire de plus de mille personnes fusillées dans la clairière du Mont-Valérien et au-delà de faire rayonner ce lieu de mémoire dela France au combat. [...]

Télécharger la suite du texte "Le Mont-Valérien, lieu d’histoire, lieu de mémoire"

Des photos du camp d’internement de Drancy 

La presse nationale a récemment rapporté la découverte, par la responsable de la photothèque du Mémorial de la Shoah, d’une série de photographies du camp de Drancy, en partie inédites et jusque-là conservées dans un album à l’Institut Historique juif de Varsovie. Un album soigneusement légendé en allemand, où des pages ont été déchirées, qui comporte quarante-cinq clichés : des vues générales de la cité de la Muette mais aussi des photos des services du camp ou des camions militaires - ceux-là mêmes qui « livraient » au camp des juifs voués à la déportation -, ou encore des portraits d’internés. [...]

 Lire la suite du texte "Des photos du camp d'internement de Drancy

Le Mont-Valérien, Principal lieu d’exécution en France durant l’Occupation.

Le Mont-Valérien est, avec le camp de Châteaubriant, auquel est étroitement liée la mémoire du jeune Guy Môquet, otage mort à l’âge de 17 ans, le haut-lieu de la Mémoire des fusillés depuis le début des années 1960. Et pour cause ! Du mois de mars 1941 au mois d’août 1944, plus d’un millier de personnes y ont été exécutées. Elles étaient issues d’horizons souvent très différents ; elles n’étaient pas toutes de nationalité française, n’appartenaient pas forcément à la Résistance et n’avaient pas non plus les mêmes obédiences politiques ou religieuses. Chacune de ces victimes a cependant trouvé la mort au Mont-Valérien, désignée comme victime expiatoire à la suite d’un attentat ayant touché l’occupant ou exécutée après avoir été condamnée à mort par un tribunal militaire allemand. [...]

Lire la suite du texte "Le Mont-Valérien, Principal lieu d’exécution en France durant l’Occupation"

Le Mont-Valérien, lieu d’histoire, lieu de mémoire

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Mont-Valérien[1], jusqu’alors lieu de pèlerinage chrétien puis fort de la ceinture parisienne, est devenu, grâce au travail inlassable des associations des familles des fusillés et à la volonté politique du général de Gaulle, un haut-lieu de la mémoire nationale. [...]