imprimez le contenu de la page| |

Vous êtes ici : Mont Valérien

Les hauts lieux de la mémoire nationale


Point d’ancrage de la politique de mémoire du ministère de la défense.

 

Les hauts lieux de la mémoire nationale du ministère de la défense ont un caractère hétérogène, héritage d’initiatives privées et de volontés politiques. Aménagés au fil de l’histoire, ils forment un ensemble singulier, mais unique et chargé d’histoire. Incarnant la mémoire nationale des conflits contemporains, les hauts lieux sont des vecteurs essentiels de la politique de mémoire de l’Etat.

Les hauts lieux de la mémoire nationale sont liés à la mémoire des conflits contemporains que sont notamment les Première et Seconde Guerres mondiales, les guerres d’Indochine et d’Algérie et les combats du Maroc et de Tunisie. Repères de la politique de mémoire de l’Etat, mise en œuvre par la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA), ils ont un caractère national et emblématique d’un aspect des conflits contemporains.

Ils sont propriété de l’Etat et relèvent du ministère de la défense. L’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) est chargé, pour le compte de l’Etat, de leur valorisation et de leur gestion ainsi que de la consolidation du lien armée-nation.

Les hauts lieux de la mémoire nationale du ministère de la défense sont actuellement :

  • le site du Struthof (Natzwiller, Bas-Rhin), comprenant l’ancien camp de concentration, le mémorial aux héros et aux martyrs de la Déportation, le cimetière national ;
  • le site du Mont-Valérien (Suresnes, Hauts-de-Seine), comprenant la clairière des fusillés, la chapelle des fusillés, le parcours du souvenir, le monument en hommage aux fusillés et le mémorial de la France combattante ;
  • le mémorial des martyrs de la Déportation, dans l’Ile de la Cité(Paris) ;
  • le mémorial de la prison de Montluc, à Lyon  (Rhône) ;
  • le mémorial du débarquement de Provence, au Mont-Faron (Toulon, Var) ;
  • le mémorial des guerres d’Indochine (Fréjus, Var) ;
  • le mémorial de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie, sur la promenade du Quai Branly, à Paris (7e arrondissement).


Retrouvez une présentation de ces lieux sur le site Internet www.cheminsdememoire.gouv.fr